Fiche métier

Facilitateur

Retour

Définition générale : Facilitateur est encore un métier, une fonction peu connue. Il s’agit d’un rôle différent du conseil managérial où le consultant arrive en déployant des solutions à apporter au groupe, avec une position d’expert. La fonction de facilitateur se veut plus « neutre ». En effet, il n’intervient pas en tant qu’expert avec des solutions à apporter, mais son rôle est plutôt d’accompagner le groupe pour que la solution émerge elle-même des échanges qu’il encadre. Il est donc davantage un guide, à l’heure où le collaboratif est de plus en plus mis en avant dans les entreprises.

 

Compétences : Capacité de synthèse, créativité, organisation, savoir accompagner un groupe vers un objectif en prenant en compte tous les participants, garder une position neutre au sein du groupe.

Activités : Identifier et bien comprendre la demande de l’entreprise, préparer son intervention avec des exercices précis, en prenant en compte le nombre de participants et l’objectif à atteindre. Accompagner le groupe progressivement à travers les exercices, s’assurer de la participation de tous, comprendre et reformuler ce qui ressort des réflexions menées par le groupe, mettre en lumière les idées qui émergent, les reformuler, s’assurer que tout le monde parvient à un accord.

Qualités : Accompagnement, neutralité, créativité, aisance relationnelle.

Formation : Il n’existe pas de parcours type pour devenir facilitateur et les formations commencent à se développer, mais restent le plus souvent accessibles à des professionnels des Ressources Humaines, des chefs de projets ou des managers par exemple.

Salaire : Le salaire dépend de la profession de base du facilitateur. En effet, il s’agit d’une compétence supplémentaire, qui vient en complément du rôle de base de la personne (manager, consultant…).

Environnement : Le facilitateur intervient très souvent en entreprise, mais peut-être soit salarié soit exercer au sein d’une agence ou encore être indépendant.

Retour