Interview

Céramiste

Retour

Séverine est céramiste à Lesquin. Son atelier, Argiles, renferme son univers et ses créations. Elle nous parle de son métier à travers une interview !

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai d’abord fait des études dans d’autres domaines : la sociologie, l’informatique…  Cependant, je n’ai pas trouvé de poste. Alors, j’ai vraiment pris le temps de réfléchir à ce que je voulais faire et je me suis inscrite à une formation CAP décoration sur céramique à Saint Amand en Puisaye. J’ai ensuite ouvert mon atelier Argiles en 2009 !

Quel est l’aspect que vous préférez dans votre métier ?

Plutôt la technique. Ce que j’aime en particulier, c’est réfléchir aux projets de mes clients. Ils me soumettent une idée, un dessin, et je dois me creuser la tête pour trouver comment réaliser l’objet avec des contraintes imposées.

Selon vous, quelles sont les qualités requises pour être un bon céramiste ?

La patience, et la délicatesse ! La patience, car la fabrication est un processus long. Il y a des périodes d’attente : cuisson, refroidissement… Et puis la délicatesse, car pour bien travailler la terre, il ne faut pas la maltraiter. Sinon, tout mauvais geste réapparaît au séchage ou à la cuisson (fentes, déformations...).

Comment procède-t-on pour fabriquer un objet, depuis le choix de la terre jusqu’aux finitions ?

Il y a plusieurs étapes, et chaque étape peut être réalisée de différentes manières. Pour façonner l’objet, il y a trois techniques principales : le tournage, le modelage ou le coulage dans des moules en plâtre. La terre est différente en fonction de la technique que l’on souhaite utiliser, il faut donc faire le bon choix ! On choisit également en fonction de la couleur, de la solidité de l’objet (par exemple, on n’utilisera pas la même terre pour réaliser un carrelage ou un bol !).

Ensuite, la cuisson. Une, deux parfois trois, quatre ou cinq. Ici aussi, plusieurs techniques sont possibles. La cuisson au bois, technique ancestrale beaucoup utilisée au Japon ou en Afrique (mais pas que) réserve beaucoup de surprises de rendu au défournement, donc très artistique. Ce processus peut prendre plusieurs jours et nécessite une surveillance. Personnellement, j’utilise le four électrique. La méthode de cuisson détermine l'aspect et la solidité de l'argile cuite.

Enfin, il y a l’étape de décoration. On utilise surtout des pigments minéraux. Pour les objets utilitaires comme les bols ou les assiettes, en contact avec des aliments il faut également veiller à la non toxicité des produits utilisés !

Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant exercer ce métier ?

Comme pour tous les métiers d'art, être un bon artisan ne suffit pas, il faut vendre... Il ne faut pas négliger l’aspect contact, communication, marketing… Ce sont des atouts indispensables pour faire la différence. 

Un projet à confier à Séverine ? Envie de découvrir son travail ? Rendez-vous directement sur son site : https://argiles.wordpress.com/

Retour